•   

      

      

      

    CHATEAU DE FONTAINE HENRY

     

     

     
      Château de Fontaine-Henri, vu des Prairies (Calvados)  

     

    Le château de Fontaine-Henry est un château Renaissance, situé dans la commune de Fontaine-Henry,

    dans le département français du Calvados, en région Basse-Normandie.

     

     

    Le château de Fontaine-Henry est classé monument historique depuis 1924.

    Histoire :

    Le château de Fontaine-Henry appartient à la même famille depuis environ dix siècles sans avoir jamais été vendu. Néanmoins, plusieurs noms s’y sont succédé, car il a à plusieurs reprises été transmis par des femmes.

     

    Les familles de Tilly, d’Harcourt, de Morais, Boutier de Château d'Assy, de Montécler, de Marguerie, de Carbonnel, de Cornulier et d’Oilliamson l’ont donc tour à tour possédé par voie d’héritage.

     

     

     

    Il existait à cet emplacement une forteresse dès le début du XIe siècle.

     

    La famille de Tilly l’a remplacée entre 1200 et 1220 par un nouveau château.

     

    De cette époque subsistent notamment la chapelle et des salles voûtées qui formaient autrefois le rez-de-chaussée du bâtiment d’habitation.

     

    Ces deux éléments donnent la mesure de l’ampleur et de l’importance de ce château au Moyen Âge.

    En 1374 Jeanne de Tilly épousa Philippe d'Harcourt et lui apporta en dot, entre autres, cette seigneurie.

     

     

    C’est la famille d’Harcourt qui entrepris de reconstruire le château après la guerre de Cent Ans.

     

    Les travaux s’étalèrent sur pratiquement un siècle, entre la fin du XVe siècle et les années 1560.

      

    Fontaine-Henry est située dans la plaine de Caen entre Caen et Courseulles-sur-Mer.

     

    Le Douet traverse la commune au milieu d'un vallon en contrebas du plateau calcaire.

     b502db_215ce8f28119490ca199ac3eb4c0be13

     

     

    Hormis le clocher de l'église, le village est ainsi quasiment invisible vu des champs de blé alentour.

     

     

     Salon meublé

     

    Une autre curiosité locale est la présence de grottes creusées dans le calcaire à usage de carrières de pierre qui servent aujourd'hui de champignonnières

      

      2015-09-19_174317

    Architecture 

     

    Sur sa façade ouest du château de Fontaine-Henry on peut voir les différents styles employés, qui reflètent l’évolution de

     

    l’architecture en Normandie et en France.

     

     

    Le premier gothique très simple est en effet rapidement remplacé par le gothique flamboyant, puis par la première Renaissance française.

    Mais l’élément le plus curieux du château se trouve à gauche de cette façade.

     

     

    Afficher l'image d'origine

    On peut en effet remarquer une superposition de colonnes, qu’une inscription date précisément de 1537, ce qui semble être remarquablement précoce pour une telle réalisation.

     

     

    De plus de 15 mètres de haut, le toit qui surmonte ce bâtiment, est considéré comme le plus haut de France.

    Ce château, œuvre de Jean d'Harcourt, seigneur de Fontaine-le-Henri et de son fils Pierre d'Harcourt,

    baron de Briouze,

     

    fut remanié aux XVIIIe et XIXe siècles sur sa façade est.

     

     

    Il est aujourd’hui entouré d’un parc à l’anglaise, classé monument historique en 1959].

    Le château, entièrement meublé, et toujours habité, abrite une remarquable collection

    de tableaux constituée durant la Révolution.

     

     

    Des peintures de Nicolas Mignard, Rubens, Corrège ou Titien ornent les murs des salons

     

    Sources

     

    D.R. et WIKIPEDIA 

    photos goog


    votre commentaire
  •  

    Près de Clécy et Condé sur Noireau, le château de Pontécoulant est un joyau de la Suisse Normande.

    Au cours de votre visite au Domaine de Pontécoulant,

    vous découvrez l'histoire de la famille noble normande :

    les Doulcet de Pontécoulant établie sur ces terres calvadosiennes

    depuis le 14e siècle.

     



    Le château est toujours meublé de collections des 16e et 18e siècles.

     


    Vous pouvez également vous promener dans le parc à l'anglaise

    créé sous le règne de Louis XVI.

    Surplombant la rivière, c'est une promenade bien agréable en toutes saisons.

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Animateur vedette de la radio et de la télévision, également producteur et écrivain, Pierre Bellemare présentera son nouveau livre de souvenirs à

    Condé-sur-Noireau et au Château de Pontécoulant le samedi 5 novembre prochain : une avant-première qu’il a souhaité réserver à une « petite vallée »*,  

    lieu de son enfance, et évènement qui met en lumière le patrimoine culturel de notre territoire » se réjouit Pascal Allizard, Maire de Condé-sur-Noireau et Président de Condé Intercom.

     

    Pierre Bellemare passera ainsi la journée sur les bords de la Druance. Attendu à Condé-sur-Noireau, il animera une rencontre avec le public de 10h30 à 12h15 : présentation du livre

    Ensuite, l’auteur retournera sur les traces de son enfance en visitant le château de Pontécoulant, dont son père fut le régisseur de 1939 à 1940.

    Âgé de 10 ans, Pierre Bellemare était scolarisé à l’école communale.

    Afficher l'image d'origine

     Pierre Bellemare propose une lecture d’un extrait de son livre, relatif à un événement survenu à Pontécoulant en juin 1940, ainsi que quelques histoires extraordinaires.

    « Le bonheur est pour demain, Souvenirs au long cours »

    (sortie en librairie le 9 novembre), temps d’échanges et de dédicaces prévus à la médiathèque municipale.

     

     

     chateau-de-pontecoulant-14

    France, Basse-Normandie, Calvados (14), Suisse Normande, Pontécoulant, Château de Pontécoulant (vue aérienne) //

    Il sera ensuite l’invité de la Communauté de Communes du Pays de Condé et de la Druance, au Château de Pontécoulant pour la visite d’un domaine qu’il connaît bien pour y avoir passé une partie de son enfance.

    Il y retrouvera d’anciens camarades et présentera son dernier livre à la presse précise Jean-Pierre Mourice, Vice-Président de Condé Intercom et Maire de Pontécoulant, à l’origine de ce contact.

     

    Retour à la médiathèque municipale de Condé-sur-Noireau à 15h30 :

    le public se laissera alors emporter par la voix incomparable de l’animateur et conteur, « lequel donnera lecture de quelques histoires forcément « extraordinaires »  

     

     

     

    Domaine de Pontécoulant, ce domaine, propriété du Département du Calvados, si chère à mon coeur puisque je m'en suis occupée, avec mon Epoux, 18 ans, avant mon départ en retraite.

     

    Un parent de Pierre Bellemare avait été nommé  exécuteur testamentaire de la dernière Dame de Pontécoulant, Mme de Barrère décédée en 1908 sans héritiers et qui légua donc son domaine au département du calvados .

     

     

    Afficher l'image d'origine

    Ce droit de regard sur le légue devait durer 50 ans,

    donc c'est le père de Pierre Bellemare qui prit la suite de son parent

    après le décès de celui ci.

     

    Voila pourquoi la famille Bellemare fit de nombreux séjours dans la région. 

     

    Au Chateau cet aprés  midi se trouvait donc  réuni  un groupe de personnes ayant partagé le quotidien, école, cathéchisme, jeux, du petit garçon d'une dizaine d'années qu'était Pierre Bellemare.

     

    Ses retrouvailles furent remplies d'émotion,notre conteur né ne manqua pas de nous régaler de ses souvenirs et anecdotes. 

     

    En résumé, journée fort agréable en compagnie de ce "jeune homme" qui  a su garder depuis tant d'années sa gentillesse et son énorme talent de conteur .

     

     

    Comme vous le constatez par ces articles de presse Pierre Bellemare

    était aujourd'hui  dans la région.

    Ce matin à la médiathéque de CONDE S/NOIREAU (Calvados)

    afin de présenter son  dernier  livre "Le Bonheur est pour demain".

     

     

     


    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine 

    Le château de Caen

     

    Le château de Caen est un ensemble fortifié

    du centre-ville ancien de Caen.

    Fondé vers 1060 par Guillaume le Conquérant,

    il connait de nombreux aménagements au fil des siècles.

    Avec 5,5 hectares, c’est l’un des plus grands châteaux d’Europe.

     

    Son enceinte contient aujourd’hui :

    • les vestiges du donjon, non ouverts au public ;
    • le logis du gouverneur (actuel musée de Normandie) ;
    • le cavalier d'artillerie et les salles du Rempart (salles d'exposition du musée de Normandie) ;
    • le musée des beaux-arts de Caen ;
    • l’église Saint-Georges ;
    • la salle de l'Échiquier en référence à l'Échiquier de Normandie (salle d’exposition temporaire pour le musée de Normandie) ;
    • le jardin des simples, reconstitution d'un jardin médicinal du Moyen Âge.

    La totalité des constructions et vestiges du château, à l'exclusion des fossés, du musée des Beaux-Arts et de l'aile en retour nord du musée de Normandie, fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le10 avril 1997.

     

     

     

    Situation

    Le château est établi dans la plaine de Caen, sur le bord sud d'un plateau « de médiocre élévation » dominant la basse valléede l'Orne dans laquelle s'est développée la ville ancienne de Caen.

     

    À la pointe de ce plateau, une vaste enceinte flanquée de tours pour la plupart carrées délimite un espace d'environ 250 sur 225 m.

     

     

     

    À l'ouest et au sud, elle suit l'escarpement qui surplombe le centre-ville ancien et qui a été taillé pour être plus abrupt.

     

     

     

    Armoiries du Dauphin de France du xve siècle retrouvées lors des fouilles de la salle des remparts.

     

     

    À l'est et au nord, un fossé a été creusé dans le roc, le séparant du quartier du Vaugueux et de la campagne.

     

     

    Ses défenses ont été améliorées au cours des siècles ; s'y sont succédé : la tour-porte de Guillaume, le donjon carré d'Henri Ier et l'enceinte quadrangulaire à tours d'angle de Philippe Auguste.

     

    Un profond fossé, qui fut doublé ultérieurement, les isolait du plateau

    Histoire

    Le château ducal (vers 1060 - 1204)

     
    L'entrée primitive côté université
     
    Les origines du château

    À partir du xe siècle, la croissance agricole caractéristique de cette période entraîne la création de nombreux marchés locaux.

     

    Les seigneurs, désireux de contrôler le développement des villes et villages, érigent des châteaux et souvent accompagnent ces établissements par la fondation d'un établissement religieux. 

     

    Caen est un bon exemple de ce qu'on peut appeler un « bourg castral ». Situé dans une riche plaine agricole,

     

     

    Caen n'échappe en effet pas à la règle et connaît un rapide développement le long de la rive gauche de l'Odon.

     

     

    Il est donc possible qu'un premier élément fortifié ait existé vers 1025,

    date à laquelle Caen est qualifié de burgus (bourg) dans une charte de Richard II ; aucun élément archéologique ne vient toutefois accréditer cette théorie.

     

     

     

     Afficher l'image d'origine

     

     

    Quoi qu'il en soit, c'est Guillaume le Conquérant qui met en place une véritable citadelle à partir de 1060 sur un éperon rocheux dominant la basse vallée de l'Orne.

     

    Il s'agit sûrement d'un moyen de contrôler cette agglomération qui prend de l'ampleur ; l'absence de lien entre le château et la ville à cette époque – la seule porte étant alors au nord – semble confirmer cette thèse.

     

     

    Mais le duc mûrit un plus grand dessein. Marqué par la rébellion des barons du Cotentin pendant sa jeunesse, il souhaite disposer d'un point d'appui sûr enBasse-Normandie.

     

    Le site de Caen, à proximité de la mer et à équidistance de Rouen et du Cotentin, est donc choisi par Guillaume le Conquérant afin d'y construire sa forteresse.

     

    La construction du château, au même titre que la fondation de deux abbayes (abbaye aux Hommes et abbayes aux Dames), montre la volonté du souverain d'établir une deuxième capitale dans la partie occidentale du duché

     

     

    La salle de l'Échiquier est un édifice civil roman construit au début du 12ème siècle à la demande de Henri Ier Beauclerc, fils de Guillaume le Conquérant.

     

    Elle tire son nom de son usage, la réunion de l'Échiquier de Normandie, c'est à dire la cour souveraine de Normandie (cour des Comptes et de Justice).

     

    Le bâtiment est orienté à peu près SE-NO.

     

    Les modillons présentés sont une bonne partie de ceux situés sous le toit du côté orienté au NE (à droite sur la première photo). Il en manque quelques uns, les plus proches de la façade SE, qui sont masqués par une construction basse accolée au mur et que je n'ai pas pu photographier en gros plan. 

    Par  • Galeries: Quoi de neuf, Toutes les photos, Albums, Voyages, Photographie, Galerie, Visiter le Monde • Mots-clés:, ,  

    Afficher l'image d'origine.

     
    Salle de l’Échiquier (xiie siècle)
     
     
    Une résidence princière

     

    Toutefois, dès ses origines, le château de Caen semble être davantage une résidence princière où le duc-roi exprime sa puissance et son prestige qu'une forteresse au rôle militaire affirmé.

     

    L'élément le plus important du château est en effet le palais constitué d'appartements privés destinés à la famille princière (les camerae), d'une chapelle (lacapella) et surtout d'une salle d'apparat (l’aula).

     

    Certes, le château est protégé par les fossés et par l'escarpement rocheux, retaillé pour être plus abrupte, et dès la fin du règne de Guillaume le Conquérant, la simple palissade qui devait ceinturer le plateau a été remplacée par une muraille de pierre. Mais le château souffre déjà de son archaïsme d'un point de vue militaire.

     

    La présence des civils, un village regroupé autour de l'église Saint-Georges étant incorporé à l'enceinte, peut constituer une gêne ; toutefois le château assurera un rôle de refuge tout au long du Moyen Âge.

     

    Plus grave, sa localisation à mi-pente le rend très vulnérable : il surplombe la ville qui se développe à ses pieds au sud, mais il est lui-même dominé au nord par les coteaux où s'élève aujourd'hui le campus

     

    . De plus, son emprise est beaucoup trop vaste (5 hectares) et il n'est protégé que par une simple tour-porte située au nord de l'enceinte.

     
    Le château au xiie siècle

     

     

    Le fils de Guillaume le ConquérantHenri Ier Beauclerc, tente de régler ce dernier problème au xiie siècle par la construction du donjon à proximité de la tour-porte.

     

     

    Cette tour carrée, peut-être entourée d'un mur, est un véritable château à l'intérieur du château.

     

     

    Construit vers 1120, il fait partie des nombreuses tours construites par le roi d'Angleterre après sa reprise en main duduché de Normandie

     

    . Mais le rôle administratif et politique du château reste prégnant.

     

    Plus ou moins à la même époque, le roi d'Angleterre fait également construire une nouvelle aula, aujourd'hui connue sous le nom de salle de l'Échiquier.

     

    Deux fois plus grande que la précédente, elle permet de répondre au faste de la cour royale.

     

    Cet usage survivra à Henri Ier Beauclerc, puisque son successeur Henri II d'Angleterre et ses fils (Richard Cœur de Lion et Jean sans Terre) y organisent en 1182 une fastueuse cérémonie pour les fêtes de Noël afin de démontrer la supériorité de sa cour et donc son prestige à ses adversaires, notamment le roi de France Philippe II.

     

    Afficher l'image d'origine 

    Fait rare, une seconde salle d'apparat, plus petite, est semble-t-il construite au sud-ouest du grand hall sur l'esplanade surplombant la ville10.

     

     

    L'étude des Grands rôles de l'Échiquier montre également que la résidence princière caennaise est l'une des plus visitées par les ducs-rois.

     

     

    Et surtout son rôle politique et administratif y est clairement identifié, surtout à partir de 1170 quand l'administration fiscale et judiciaire est partiellement sédentarisée à Caen9.

     

     

    Dans la deuxième partie du xiie siècle, l'intérêt militaire que portent les souverains anglais au château de Caen s'amoindrit.

     

     

    Le duché de Normandie n'est pas tiraillé par des troubles internes importants ; la menace provenant davantage de la frontière avec la France à l'est, Richard Cœur de Lion concentre ses efforts dans la vallée de la Seine. *

     

    Après la mort de son frère, Jean sans Terre utilise le château comme prison dans le conflit qui l'oppose à Arthur de de Bretagne dont le comte de la Marche. Il y met aussi à l'abri sa femme Isabelle d'Angoulême

     

     

    Le château royal (1204-1789) 

     
    Le château au xviie siècle.
    Les remaniements de Philippe Auguste

    Le château de Caen est pris sans combat par Philippe Auguste en 1204. Comme ailleurs dans le duché, le roi de France entreprend d'importants travaux afin de moderniser la forteresse.

     

    Afin d'améliorer les défenses au nord, le donjon est entouré par une courtine protégée à chaque angle par une tour circulaire et isolée par un profond fossé ; l'ensemble est doublé au nord par une autre tranchée tout aussi abrupte en fer à cheval qui forme ainsi une zone tampon appelée Roquette ou Garenne.

     

    L'accès au nord étant bouché par ces aménagements, l'accès se fait désormais à l'est par une porte fortifiée, la porte des Champs.

     

    Enfin deux tours circulaires sont érigées à l'est (tour Mathilde)

    et à l'ouest (tour Puchot) à la jonction avec les fortifications de Caen.

     

     

    Grâce à ses réalisations, le monarque dispose d'une citadelle plus sûre, mais il démontre également sa puissance dans l'une des principales villes de ce territoire nouvellement conquis.

    C'est aussi après sa reprise que le gouverneur du château et celui du donjon sont réunis en une seule fonction ; le château est désormais géré par un gouverneur unique, un lieutenant du roi et un major

     

     

    De la résidence princière au pôle administratif

    Le château de Caen n'est plus une résidence princière et les visites royales se font rares ; Henri IV serait le dernier à y séjourner le 12 septembre 1603, ses successeurs préférant loger en ville lors de leur passage à Caen.

     

    Le château accueille aussi parfois des hôtes de marque, comme Richard d'York, lieutenant général de Normandie et gouverneur de

    France et de Normandie, pendant l'occupation anglaise.

     

    Mais le château conserve surtout un rôle administratif important.

     

     

    L'Échiquier de Normandie s'y réunit une fois par an jusqu'à sa sédentarisation de fait en 1302 à Rouen.

     

     

    Le bailli de Caen, représentant du roi dans cette partie de la province, réside au sein de l'enceinte du château dans le Logis du Roi, mentionné pour la première fois en 1338.

     

     

     

    Le Logis du Roi, aujourd'hui connu sous le nom de Logis du Gouverneur, abritait les appartements personnels du bailli, une chapelle privée, les bureaux du bailliage et une salle d'audience.

     

    En 1450, le bailliage s'installe rue Cattehoule.

     

     

    Le pouvoir royal est alors incarné par le gouverneur des villes et du château de Caen qui réside dans l'ancienne demeure du bailli.

     

    D'ailleurs la charge est souvent réunie à celle du bailli, quand elle n'est pas déléguée à un lieutenant général.

     
     
     
    Le château dans la guerre de Cent Ans

    Au xive siècle, l'intérêt stratégique du château se trouve réaffirmé

    lors de la guerre de Cent Ans.

     

    La forteresse devient un élément clé du dispositif de défense de la Normandie. Des travaux de défense sont effectués après la prise de Caen en 1346 ;

     

     

    la transformation de la poterne sud ouvrant vers la ville en véritable accès fortifié, la porte Saint-Pierre, et la construction de labarbacane de la porte des Champs datent probablement de cette époque. Les tractations entre la France et l'Angleterre réduisent la menace extérieure et l'activité ralentit.

     

     

    Le réaménagement cesse totalement au début de l'occupation anglaise qui commence en 1417 après la prise de la ville et du château par Henri V d'Angleterre. Des travaux d'envergure reprennent toutefois à partir de 1435 quand les Français entreprennent de reconquérir la Normandie ;

     

     

    les Anglais construisent la barbacane de la porte Saint-Pierre afin de se protéger d'une attaque venue de la ville.

     

     

    Après la reconquête française en 1450, le château

    perd définitivement tout intérêt stratégique au plan national.

    Le château face aux troubles intérieurs

    En tant que symbole du pouvoir, le château de Caen reste néanmoins la cible de ceux qui contestent l'autorité royale.

     

     

    De ce fait, on continue de moderniser le château afin de l'adapter au progrès de la poliorcétique. De 1467 à 1468, le capitaine du château et sa garnison, prennent le parti de Charles de France contre son frère, le roi Louis XI. François de Silly, bailli de Caen à partir de 1503, fait renforcer les murailles du château en accumulant d'épaisses masses de terre le long des remparts afin d'augmenter leur résistance à l'impact des boulets. Mais quand le château est bombardé à partir du 1er mars 1563 depuis le cimetière de l'église Saint-Julien par les troupes protestantes de l'amiral de Coligny, une brèche est ouverte dans les murailles au bout du troisième jour et les catholiques encerclés se rendent ; une troupe de 2 000 hommes, commandée par François du Plessis de Richelieu, reprend finalement le château le 14 avril 1563.

     

     

    Dans le conflit qui oppose Louis XIII à Marie de Médicis, le gouverneur de Normandie, Henri II d'Orléans-Longueville, prend le parti de la reine-mère.

     

     

    Le capitaine Prudent, fidèle au gouverneur qui lui a confié le commandant du château, braque les canons sur la ville qui demande au roi d'intervenir.

     

    Du 14 ou 17 juillet 1620, le roi, assisté par César de Choiseul du Plessis-Praslin, assiège le château qui finit par se rendre.

     

     

    Certains proposent alors de faire raser le château, mais le roi préfère garder la forteresse malgré son faible intérêt militaire.

     

     

    C'est le dernier fait d'armes important dans lequel le château joue un rôle direct. Le château est pris d'assaut par les révolutionnaires en 1789, puis par les royalistes en 1815 ; mais dans les deux cas, les autorités du château laissent rentrer la population sans intervenir.

     
    Armoiries du Dauphin de France duxve siècle retrouvées
    lors des fouilles de la salle des remparts.
    Le déclin de la paroisse Saint-Georges

    À partir du xvie siècle, l'usage purement militaire du château tend à se confirmer. La population civile déserte peu à peu l'enceinte castrale.

     

     

    L'église Saint-Georges a été construite pour accueillir une centaine de paroissiens, mais à la fin du xviiie siècle, les registres paroissiaux n'enregistrent plus qu'un enterrement par an dans le cimetière de32 m² qui entoure l'église, ce qui permet d'évaluer la population à environ 25 personnes.

     

     

    En outre, la part relative des familles de militaires tend à s'accroître et à devenir prédominante. Le nombre de militaires fluctue avec le temps.

     

     

    Après 1450, la garnison se compose de 50 hommes en armes et de 100 archers. Pendant la période d'agitation liée aux guerres de Religion, très violentes en Normandie, l'effectif remonte jusqu'à 250 têtes, avant de retomber à 50 le siècle suivant.

     

    À la fin du xviie siècle, sous le règne deLouis XIV, est construit un hôtel des Invalides ; à la veille de la Révolution, cette compagnie des invalides est constituée de 70 hommes et cinq lieutenants.

     

     

    À cette époque, sont également cantonnés dans l'enceinte du château quatre canonniers et un commandant d'artillerie, un arsenal et des magasins à poudre y ayant été installés.

     
     
     
    Les prisons du château

     

    Le château est également utilisé régulièrement comme prison. Des geôles sont mentionnées dès 1184-1185 à l'angle sud-est de l'enceinte et vers la porte des Champs ; cette prison est transférée au xve siècle lors de l'occupation anglaise dans la rue Cattehoule et devient la geôle du bailliage qui donne son nom à la rue.

     

     

    À partir de cette période, la différentiation entre prisonniers militaires et civils est de plus en plus nette.

     

    On ne dispose pas de sources permettant de connaître la place des prisonniers dans le château au xvie siècle, mais il existe de nombreux documents concernant la période courant du xviie auxixe siècles.

     

    Le château de Caen n'est pas utilisé pour les prisonniers de droit commun qui sont envoyés dans la prison du bailliage ou le dépôt de mendicité de Beaulieu (actuel centre pénitentiaire de Caen à la Maladrerie).

     

    Les prisonniers du château sont de deux types : les civils envoyés par lettre de cachet et les captifs pour cause de guerre.

     

     

    Les civils envoyés parlettre de cachet sont peu nombreux ; on en dénombre seulement cinq entre 1753 et 1787.

     

    Les témoignages des prisonniers eux-mêmes, comme celui de Charles François Dumouriez envoyé à Caen en 1774, permet de comprendre que les conditions de détention sont loin d'être difficiles.

     

     

     Vue panoramique des vestiges du donjon du château de Caen depuis le belvédère du rempart nord.

     

     

     

    L'emprisonnement au château de Caen reste en effet une faveur du roi ; cela permet au roi ou à une famille influente d'écarter provisoirement de la société un élément gênant sans lui faire subir de condition de détention dégradante.

     

    La deuxième catégorie de prisonniers, les captifs pour fait d'armes, est plus importante numériquement, mais reste assez limitée.

     

    Afficher l'image d'origine 

     

    Modillon de la façade nord-est de la salle de l'Échiquier du XIIe siècle du château de Caen à Caen (Calvados). Homme énucléé, allusion à la mort d'Harold II d'Angleterre touché d'une flèche dans l’œil droit à la bataille d'Hastings

     

    Le château est mis sporadiquement à disposition pour interner des prisonniers capturés lors de sédition paysanne des (Va-Nus-Pieds en 1639) ou lors de guerre avec des ennemis extérieurs (les officiers espagnols venus de Flandres entre 1643 et 1648 ou les captifs de la bataille de Denain en août 1712).

     

     

     

    Il est possible que quelques protestants aient également été emprisonnés après la révocation de l'édit de Nantes en 1685.

     

     

     

     

    Afficher l'image d'origine 

     

     

    Les prisonniers étaient sous la surveillance de la garnison du château, mais tous les frais (habillement, nourriture, ameublements) étaient supportés par la ville.

     

    Il n'existait pas de prison à proprement parler dans le château.

     

    Afficher l'image d'origine 

     

    On utilisait telle ou telle pièce en fonction des besoins.

     

    Ainsi en 1771, il est fait mention de trois cachots dans le donjon, deux dans la porte Saint-Pierre et d'une prison à bonnet de prêtre à proximité

    de cette dernière porte ; six ans plus tard,

     

    il semble qu'il n'y ait plus qu'une cellule située dans une des tours de la porte Saint-Pierre. Un projet de véritable prison militaire constituée de chambres de disciplines fut proposé à la fin du xviiie siècle, mais jamais réalisé.

     

     

    La caserne (1789-1945)

    File:Caen chateau 1702.jpg


     
    Vue du donjon en 1702
    La prison révolutionnaire et la destruction du donjon

    Le 18 juillet 1789, le peuple s'empare du château et confisque les armes qui y sont entreposées.

     

    Charles-François Dumouriez, nommé gouverneur depuis peu de temps, accepte d'arborer la cocarde tricolore et la situation revient rapidement au calme.

     

    Pendant le reste de la Révolution française, le château est régulièrement utilisé comme prison par la ville qui peut ainsi isoler ceux qui sont identifiés comme étant des ennemis de la Révolution :

     

    le nouveau gouverneur du château, le vicomte Henri de Belzunce, en août 1789 ; 84 suspects royalistes en novembre 1791 ;

     

    l'ancien secrétaire de Jacques NeckerGeorges Bayeux, en août 1792

      230 manifestants refusant la conscription militaire en mars 1793.

     

    Les prisonniers les plus importants sont Claude-Antoine Prieur-Duvernois et Charles-Gilbert Rommereprésentants en mission envoyés par la Convention nationale.

     

    Arrivés en pleine insurrections fédéralistes, ils sont assignés à résidence dans le presbytère de l'église Saint-Georges à partir du 12 juin 1793.

     

    Ils sont libérés un mois plus tard après la défaite des troupes fédéralistes lors de la bataille de Brécourt.

     

    Afin de punir cet affront, la Convention décrète le 6 août 1793 que « le donjon et château de Caen dans lesquels la liberté et la représentation nationale ont été outragées, seront démolis.

    Sur les ruines du donjon il sera planté un poteau, sur lequel seront inscrits les noms des députés déclarés traîtres à la patrie »

     

    . Les travaux de démhttp://france.jeditoo.com/Normandie/Caen.htmlolition commencent dès le 18 août.

     

    Le presbytère est démoli, le donjon en grande partie arasé et la porte Saint-Pierre endoAfficher l'image d'origine

     

    immagée.

    La prison militaire

     

     

     

     

     

     

    Alphonse Auger (1875 - 1952)Archives familiales

    le château de Caen (tour de la reine Mathilde),

    probablement depuis la rue Graindorge.

     

     


    votre commentaire
  •  

      

      

      

      

    CHATEAU DE FONTAINE HENRY

     

     

    Le château de Fontaine-Henry est un château Renaissance,

    situé dans la commune de Fontaine-Henry, dans le département français du Calvados, en région Basse-Normandie.

    Le château de Fontaine-Henry est classé monument historique depuis 1924.

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Histoire 

    Le château de Fontaine-Henry appartient à la même famille depuis environ dix siècles sans avoir jamais été vendu.

     

    Néanmoins, plusieurs noms s’y sont succédé, car il a à plusieurs reprises été transmis par des femmes.

     

    Les familles de Tilly, d’Harcourt, de Morais, Boutier de Château d'Assy, de Montécler, de Marguerie, de Carbonnel, de Cornulier et d’Oilliamson l’ont donc tour à tour possédé par voie d’héritage.

    Il existait à cet emplacement une forteresse dès le début du XIe siècle.

     

    La famille de Tilly l’a remplacée entre 1200 et 1220 par un nouveau château.

     

    De cette époque subsistent notamment la chapelle et des salles voûtées qui formaient autrefois le rez-de-chaussée du bâtiment d’habitation.

     

    Ces deux éléments donnent la mesure de l’ampleur et de l’importance de ce château au Moyen Âge.

    En 1374 Jeanne de Tilly épousa Philippe d'Harcourt et lui apporta en dot, entre autres, cette seigneurie.

    C’est la famille d’Harcourt qui entrepris de reconstruire le château après la guerre de Cent Ans.

     

    Afficher l'image d'origine

    http://www.photoscalvados.com/v/Patrimoine/Chateaux+et+

    Manoirs/Fontaine+henry/Chateau+Fontaine+Henry+07.jpg.html

    Les travaux s’étalèrent sur pratiquement un siècle, entre la fin du XVe siècle et les années 1560.

    Afficher l'image d'origine  

    Fontaine-Henry est située dans la plaine de Caen entre Caen et

    Courseulles-sur-Mer.

     

    Le Douet traverse la commune au milieu d'un vallon en contrebas du plateau calcaire.

     

    Hormis le clocher de l'église, le village est ainsi quasiment invisible vu des champs de blé alentour.

     

    Une autre curiosité locale est la présence de grottes creusées dans le calcaire à usage de carrières de pierre qui servent aujourd'hui de champignonnières

      

    Afficher l'image d'origine  

    Architecture 

    Sur sa façade ouest du château de Fontaine-Henry on peut voir les différents styles employés, qui reflètent l’évolution de l’architecture en Normandie et en France.

    Le premier gothique très simple est en effet rapidement remplacé par le gothique flamboyant, puis par la première Renaissance française.

     

    Mais l’élément le plus curieux du château se trouve à gauche de cette façade.

    Afficher l'image d'origine

    On peut en effet remarquer une superposition de colonnes, qu’une inscription date précisément de 1537, ce qui semble être remarquablement précoce pour une telle réalisation.

    De plus de 15 mètres de haut, le toit qui surmonte ce bâtiment, est considéré comme le plus haut de France.

     

    Afficher l'image d'origine

    Ce château, œuvre de Jean d'Harcourt, seigneur de Fontaine-le-Henri et de son fils Pierre d'Harcourt, baron de Briouze, fut remanié aux XVIIIe et XIXe siècles sur sa façade est.

    Il est aujourd’hui entouré d’un parc à l’anglaise, classé monument historique en 1959.

    Le château, entièrement meublé, et toujours habité, abrite une remarquable collection de tableaux constituée durant la Révolution.

    Des peintures de Nicolas Mignard, Rubens, Corrège ou Titien ornent les murs des salons

     

    http://fontaine-henry.wix.com/chateaufontainehenry
    ADRESSE
    Château de Fontaine-Henry

    3 Pl du Château

    14610 FONTAINE-HENRY

    Sources WIKIPEDIA 

    photos google


    votre commentaire
  •  

     

    Le château de Falaise, également appelé Château de Guillaume-le-Conquérant, se situe sur un éperon rocheux au dessus de la ville de Falaise.

     

    Les origines du château remontent au Xe siècle, ce qui en feraient l'un des premiers châteaux normand construits en pierre.

    La construction du château débute au XIIe siècle. A cette époque, Henri Ier Beauclerc4, quatrième fils de Guillaume le Conquérant, érige un donjon de plan-quadrangulaire faisant également office de palais.

    Il semble que très rapidement, sous le règne d'Henri II Plantagenêt un nouveau donjon est érigé.

     

    Le monarque qui est passé par ` le château en 1159 avec son épouse Aliénor d'Aquitaine et sa cour, fait grandir les appartements d'habitation.


    Après la reconquête du duché de Normandie au début du XIIIe siècle, Philippe-II-Auguste fait ériger une troisième tour de plan circulaire pour acroitre les capacités défensives du château.


    Le château tombe progressivement dans l'oubli et est abandonné au XVIIe siècle. Il est classé monument historique en 1840. Victor Ruprich-Robert un disciple de Viollet-le-Duc, procède alors à de profondes restaurations et sauve l'édifice de la ruine.

     

    Pendant la seconde guerre mondiale, le château n'est quasiment pas touché par les bombardements de la poche de Falaise.

     

    Plus proche de nous, de 1987 à 1997, le château fait l'objet d'une grande campagne de restauration menée par Bruno Decaris, architecte en chef des monuments historiques du Calvados.

     

    Pendant ces travaux, il mena la reconstruction de l'avant-corps du grand donjon sur les fondations existantes. Utilisant du béton armé verni et de l'acier, ces travaux furent très controversés

    mais en accord avec la charte de Venise.

     

    Elle favorise la différenciation entre construction d'époque et reconstruction moderne.


    Musique : Gothic Novels


     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique