•  

     

     Chateau de Canon

     

     

    Afficher l'image d'origine

     

    http://www.chateaudecanon.com/visiter-les-jardins-de-canon.html 

     

    Entre Caen et Lisieux, raison et imaginaire se mélangent dans ce parc anglo-français réalisé dans l'esprit de la seconde

    moitié du XVIIIe siècle.

     

     

     

    Description Aux confins du Pays d'Auge et de la plaine de Caen, au cœur d'une région riche en églises romanes, manoirs et châteaux, sur la vieille route des diligences de Lisieux à Falaise, Canon, enchâssé sous les voûtes de ses arbres sans âge, murmure de ses mille sources.

     

    Le château de Canon est un château situé dans la commune de Mézidon-Canon, dans le département français du Calvados, en Normandie.

    Le château fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 11 juin 1941 .

     

    derri_re_ses_grilles

       

    Histoire La seigneurie de Canon, propriété d’Eudes de Canon au Moyen Âge, passe ensuite par le jeu d’alliances et de successions, notamment aux

    familles Franqueville, Sarcilly, Le Sueur puis à

    Thomas De Berenger en 1689.

      

      

    Afficher l'image d'origine  

      

    Son fils, Robert de Berenger fuit le régime et part se réfugier en Angleterre en 1727, vendant Canon à vil prix à un

    sieur de La Roque, fortuné receveur des tailles de Valognes, qui construit alors une nouvelle demeure, creuse la pièce d’eau et commence à planter les avenues.

     

     

     

    Jean-Baptiste De Beaumont épouse en 1760 Anne Louise Du Mesnil, seule héritière de la famille de Berenger, et s’intéresse alors en qualité d’avocat aux conditions critiquables de la vente

    de Canon menée en 1727.

      

      

      

      

    Après 10 ans de procédure, à laquelle s’intéresse de près son grand ami Voltaire, il gagne son procès et engage alors immédiatement d’immenses travaux qui le ruineront.

     

    Afficher l'image d'origine 

    Les précieuses archives conservées dans le « chartrier » de Canon permettent de connaître tous les détails des travaux réalisés de 1768 à 1786, notamment par les nombreuses lettres que l’avocat adressait à son intendant Eutrope SERAIN,

    depuis Paris où le retenaient ses plaidoiries.

     

     

    SERAIN mènera ainsi à bien les transformations du château, les diverses constructions des dépendances et fabriques et la création du parc, sous les instructions précises de l’avocat qui y enverra des maîtres de qualité.

     

    Utilisant la pierre blonde calcaire de Quilly et le sable de mer pour « rustiquer » les façades, plus de 30 ouvriers travailleront quotidiennement sur place durant dix années.

     

    cygnes

     

      

    J.B. ELIE de BEAUMONT commandera lui-même aux pépinières d’Harcourt les innombrables arbres d’essences variées qui orneront le parc, cherchant toujours des contrastes de couleurs en toutes saisons ; il sera attentif en outre aux « bruits de la nature » ou aux effets de perspectives.

     

    Afficher l'image d'origine  

     

     

    Il attachera également beaucoup d’importance à ses « fruitiers », dénommés « Chartreuses », ces treize jardins clos de murs et reliés par une enfilade d’ouvertures en plein cintre, dont il établira lui-même les plans.

      

     

     

    Il souhaitera venir s’y reposer pour oublier son activité trépidante et, selon ses correspondances, s’y délasser quelques jours et « ne pas même ouvrir un livre » …

     

    24

     

    Enfin Monsieur et Madame ELIE de BEAUMONT créaient en 1775 la célèbre

    « fête des Bonnes Gens », grande célébration de la Vertu, deux jours de fête durant lesquels sont couronnés ici la Bonne Mère, le Bon Vieillard, le Bon chef de Famille et la Rosière, élus au suffrage universel parmi les habitants de Canon, Mézidon et Vieux-Fumé.

     

     

    Afficher l'image d'origine 

    De nombreux souvenirs de cette fête, qui rassemblait des milliers de personnes chaque année, entre le château, l’église et l’abbaye de Sainte Barbe de Mézidon, sont conservés dans les salons du château.

     

     

    Afficher l'image d'origine  

    Une partie importante des dépendances, au Nord, était consacrée à cette manifestation, par l’aménagement d’une grande salle de théâtre dite « salle des Rosières » ; les motifs sculptés de la façade Est du château en portent également témoignage. …

     

    25

     

    En 1783, sa chère épouse qui a tant contribué à la création et à l’administration de son petit royaume, et auteur des fameuses « Lettres du Marquis de Rosel » meurt, le laissant désespéré.

     

    Dès lors, il ne vient plus guère à Canon et hâte la fin des travaux qu’il finance de plus en plus difficilement.

      

       

    Après avoir écrit «Canon est un cancer qui me ronge », il meurt très endetté en 1786, laissant un fils de 13 ans, Armand, dont le célèbre avocat TARGET sera le tuteur .

     

    Afficher l'image d'origine  

    Ainsi le domaine créé, respecté et entretenu par la famille ELIE de BEAUMONT parviendra presque intact à leurs descendants actuels malgré les révolutions, guerres et autres événements.

     

    33

     

    Très apprécié dans la région, J.B. ELIE de BEAUMONT évitera au domaine de Canon les désordres de la Révolution.

     

     

     

    En revanche, Canon souffrira gravement de la dernière guerre qui verra s’installer au sein même du château, un hôpital allemand en juin 1944, puis les troupes d’une division de chars Panzers que les frondaisons des arbres bicentenaires protégeaient efficacement du repérage des avions alliés.

     

     

      

    Si les Beaux-Arts reconstruiront parfaitement, dans le cadre des dommages de guerre, la ferme du Nord victime d’une bombe américaine, il n’en sera pas de même pour les autres dépendances qui subirent en outre en 1945 une réquisition pour y loger des réfugiés travaillant à la restauration des voies ferrées de la région.

     

    Privées de dommages de guerre faute d’identification des très graves dégradations constatées (occupants ou réfugiés ?)

     

     

     

     les vastes dépendances sont depuis cette époque très dégradées et des restaurations progressives sont chaque année mise en œuvre.

     

    27_1

     

    Si le château lui-même est de dimensions modestes, les dépendances, doublées de chaque côté par une grande cour, sont considérables.

     

    Elles représentent à elles seules plus d’un hectare de toiture.

      

    Afficher l'image d'origine  

    Alors que ces charges écrasantes sont très difficiles à supporter, le parc fut ravagé par plusieurs tempêtes, notamment celle d’Octobre 1987, puis en 1990 et en 1992, et enfin par le dévastateur ouragan du 26 décembre 1999.

      

      

      

    Des centaines d’arbres plus que bicentenaires sont ainsi tombés, défigurant hélas pour des décennies certaines allées du parc connues pour leurs voûtes végétales qu’un siècle ne suffira pas à reconstituer.

     

    07

      

    Enfin, cette architecture d’arbres et de pierres et toujours de plus en plus encerlée par le béton de l’agglomération qui menace gravement CANON d’étouffement. Seule la vigilance de tous empêchera de porter atteinte aux charmes de ce rare témoin du 18ème siècle.

     

    10

      

      

    Suivre le parcours fléché Il commence par la salle d'accueil, qui a successivement servi d'écurie, puis de laverie et enfin de laiterie

     

    1. Ferme du sud Cet ensemble construit en partie par Monsieur de LA ROCQUE au début du 18ème, fut modifié

    par J.B ELIE de BEAUMONT qui, par souci d'équilibre,

    construira plus tard la ferme du nord en parfaite symétrie.

     

     

    Ici se trouvait la réserve de vie du château : écuries, bûcher, pressoir, oisellerie, logements du personnel, etc..., de même « la maison des vétérans » dans laquelle J.B ELIE de BEAUMONT logeait gracieusement de vieux soldats des Armées du Roi

    (d'où l'inscription sur la plaque de marbre côté avenue).

     

    Le pressoir présente l'intérêt d'être complet et pour partie en pierre de Caen (contrairement au granit ou au bois plus souvent rencontrés). 

      

      

    Plus loin, une « charreterie » communique avec le potager (non ouvert au public)

    2. Le bosquet du vase Au sortir de la cour sud, le « bosquet du vase » à droite, dont le tracé des allées dessine la forme d'un vase ; partie du parc très endommagée par une tornade en 1981 puis les tempêtes successives 1987, 1990 et 1999.

      

    A gauche, charmante orangerie récemment restaurée.

    3. Temple de la pleureuse Ce petit monument, de style néo-classique fut construit en 1783 par J.B ELIE de BEAUMONT à la mémoire de son épouse qui venait de mourir, et dans l'esprit de la mode des « fabriques ».

     

     

    Une jeune fille pleure sur un médaillon représentant le profil de la défunte.

     

    A l'intérieur, au fond de l'édifice, le buste de son épouse au-dessus de vers composés par le poète LA HARPE, ami de la famille.

     

    B147891072En

    43

      

    Les jardins de Mézidon-Canon, entre Caen et Lisieux, sont remarquables. Les chartreuses, jardins clos de murs, sont uniques en France.

    Un des joyaux du Calvados.

     

    En Normandie, les jardins du château de Canon sont encore les témoins du siècle des lumières. Leur composition est restée intacte depuis la moitié du 18e siècle. 


    Un miroir d'eau, des parterres réguliers à la française s'harmonisent à merveille avec le jardin à l'anglaise.

     

    Entre bosquets sauvages, ruisseaux et canaux, découvrez les fabriques d'époque. 


    Le must : les chartreuses, véritable serre à ciel ouvert.

     

    Ces 13 jardins clos de murs permettaient d'obtenir de beaux fruits.

     

    D'ailleurs, la statue de Pomone, déesse des fruits, y règne encore. Aujourd'hui, ils sont plantés de vivaces. 

    Classé "jardin remarquable", Le château de Canon et son parc forment un ensemble incontournable au coeur de la campagne normande.  

     

    http://www.calvados-tourisme.com/diffusio/fr/decouvrir/parcs-et-jardins/mezidon-canon/parc-et-jardin-du-chateau-de-mezidon-canon-entre-caen-et-lisieu_TFOPCUNOR014FS0009P.php

    Afficher l'image d'origine

     

    Deux possibilités pour se rendre au n°4 :

     

    - Retourner sur ses pas vers le miroir d'eau.

    - Descendre à droite du temple à travers l'herbage pour rejoindre le pont le

    Laizon et la petite promenade dite « promenade sauvage ».

     

    Elle peut se parcourir par la grande allée,

    ou par le petit sentier sinueux surplombant la rivière.

      

    A noter un endroit sur lequel J.B ELIE de BEAUMONT s'était fait construire un cabinet de toilette, écrivant qu'il souhaitait venir y prendre son bain en s'imaginant dans le lit de la rivière... (il n'en reste malheureusement aucun vestige).

      

     

    23

      

    4. Miroir d'eau Au pied de cette pièce d'eau creusée lors de la construction du château, on peut admirer un parfait reflet de l'édifice.

     

    cygnes

      

    Le « miroir » est alimenté exclusivement par des eaux de sources, d'une température constante d'environ 13°.

    Truite, carpes, gardons et anguilles comme cygnes et canards, s'y plaisent.

    Belles statues en marbre de Carrare sur piédouches sculptés.

    Afficher l'image d'origine  

    Coule en contrebas la rivière le Laizon qui prend source près de Falaise. En face, avenue de Hêtres, abattus par les nombreuses tempêtes et replantés en 1992. (Les hêtres du bout de l'avenue ont, quant à eux, environ 40 ans).

     

    B147891072Hn

      

    5. Cascade et vue sur le château BERENGER Cascade aménagée sur demande précise d'ELIE de BEAUMONT au pied d'une petite grotte constituée de rochers décoratifs et que l'on retrouve à d'autres endroits près de ruisseaux et petits étangs.

      

    Le Laizon est ici dérivé pour alimenter le grand canal. Vu de cet endroit, le château Bérenger évoque charme, mystère et poésie.

     

    Observer les derniers rares platanes d'Orient plantés en 1786, seuls rescapés des dernières tempêtes, d'une majesté et d'une ampleur considérable.

     

    17

      

    6. Grand canal et château BERENGER Après la cascade, poursuivre l'allée longeant la rivière puis prendre à droite et franchir le pont de bois. Quelques mètres plus loin, à votre gauche, belle perspective sur ce grand canal.

      

    Afficher l'image d'origine  

      

    Totalement envasé depuis des décennies, ce canal a fait l'objet d'importants travaux en 1997 (curage, remise en eau, reprises des digues, etc...).

    Prendre l'allée en face du canal pour retour vers le château Bérenger.

     

    3743614484_f0437a3da0
    pigeonnier_j
    3743612212_88292e0e51

      

      

    7. Le pigeonnier

    En quittant le Château Bérenger vers le pigeonnier, et après le rond des aucubas, sur la droite, cette partie du parc est appelée « bosquet du Clos Target ».

      

    Cet avocat, ami intime des ELIE de BEAUMONT eut la

    faculté d'y aménager un jardin à son goût.

     

    On y découvre petit lac romantique, ruisseau, petit puits en pierre, piliers d'entrée, rochers rapportés sur les bords de l'eau, le tout sous les platanes d'Orient, ifs, lauriers, aucubas, formant un ensemble irrégulier dans le goût anglo-chinois.

      

      

    Le pigeonnier est original par sa forme, semi-circulaire, due à « un accident » de l'histoire.

    Afficher l'image d'origine 

    Ce pigeonnier Renaissance, initialement de forme ronde, fut en effet coupé en son milieu lorsque J.B ELIE de BEAUMONT fit installer le kiosque chinois dans l'alignement du temple construit en 1783.

      

      

    Il décidait alors d'orner ce pigeonnier d'un motif néo-classique avec tympan, fronton et deux colonnes, dans l'esprit italien.

     

    « Deux pigeons s'aimaient d'amour tendre »,

    inscription sur la plaque de marbre au-dessus du fronton.

      

     

    perspective

    8. Jardin d'ombre

      

    Promenade le long du canal dans une zone fraîche et ombragée enrichie par la plantation de nombreuses variétés d'arbustes.

    Jean Baptiste Elie de Beaumont avait pris grand soin à ce que partout dans le parc on entende le bruit de l'eau qui coule.

     

    kiosque

      

    Afficher l'image d'origine  

    9. Kiosque chinois

    Le kiosque chinois est une fabrique achetée au château des Ternes à Paris dont le parc était alors victime de l'urbanisme, et installée après la mort de l'avocat 1786.

     

    Il permet de se reposer à l'ombre en contemplant

    « l'allée de la montagne, les prés et les bois ».

      

    A noter, l'originalité de la toiture et de la charpente, (restaurées à plusieurs reprises, en 1970 puis 1997 grâce au concours du Ministère de la Culture, du Conseil Général du Calvados et des Vieilles Maisons françaises, comme le fut également le Temple en 1985).

     

     

    Les archives ont permis de découvrir que J.B ELIE de BEAUMONT s'était fait construire, en haut de la colline boisée au nord, un petit observatoire en bois duquel il montrait à ses amis son parc en cours de plantation.

     

    27

      

      

    10. Les Chartreuses

    Enfilade unique de 13 jardins clos que J.B ELIE de BEAUMONT appelait ses « fruitiers » et qui permettaient, à l'abri des murs, d'obtenir des fruits magnifiques : pêches, poires, abricots, amandes, figues, raisins...

    Les 850 mètres de murs qui tiennent aujourd’hui davantage par le lierre que par la pierre, permettaient de recevoir ces fruitiers en espaliers.

      

      

    Pour en planter davantage sans perdre le soleil, les murs sont conçus de plus en plus hauts vers le nord.

     

    Aujourd'hui, ces chartreuses sont ornées de fleurs innombrables, en majeure partie des vivaces et sont entretenues, comme le reste du parc, par des moyens essentiellement familiaux.

      

    Ces jardins, très renommés, à l'architecture unique, constituent de véritables serres à ciel ouvert.

     

    La chaleur étouffante de l'été impose un arrosage intensif et fastidieux tant les fleurs et arbustes s'y dessèchent. Pomone, déesse de l'abondance, œuvre de DU PATY, rehausse encore l'éclat de l'ensemble.

      

      

    (Sortie conseillée par la Chartreuse des capucines, avec sa charmante statue en terre cuite des « trois amours maîtrisant la foudre ».)

      

     

    Oies_sur_un_bras_canal_du_Laizon

    11. La cave et les animaux de la ferme

      

    A gauche en sortant des Chartreuses ne manquez pas la cave à cidre. Vous pouvez y déguster du Calvados, du Cidre, du Poiré, du Pommeau, du Jus de pommes et y acheter de nombreux produits biologiques fabriqués sur place.

     

     

    A proximité, vos enfants et vous-même

    pourraient y retrouver tous les animaux de la ferme : 2 euros).

    Vous y apercevrez la fameuse cabane branchée que vous louez comme chambre d'hôte.

     

     

    12. En sortant des Chartreuses, prendre l'avenue à droite, en direction du château.

    La Ferme du Nord terminée en 1781, fut bombardée dans la nuit du 7 au 8 juin 1944 et partiellement détruite par une bombe de 500 livres.

      

      

    On y observe les oeil-de-boeuf et les anses de panier rappelant les charreteries de la ferme du Sud et donnant l'illusion d'une symétrie parfaite.

     

     

    B147891072Nn

      

      

    13. Salle des rosières

    Ces communs en équerre abritaient la chapelle et la salle des « Bonnes Gens » où se déroulait depuis 1775 cette grande fête en l'honneur de la Vertu, lors de laquelle on couronnait la Rosière, le Bon Vieillard, la Bonne Mère et le bon Chef de Famille.

     

     

    Les aménagements en salle de théâtre ont malheureusement disparu.

     

    La tribune était installée au fond sous l'ouverture en plein cintre, pour la présidence de Monsieur et Madame ELIE de BEAUMONT.

      

    A gauche, une galerie courait au-dessus des fenêtres du rez-de-chaussée.

    A noter enfin les fenêtres extérieures de l'étage en trompe l’œil...

     

    08

    14. Façade et cour d'honneur

      

    Vous retrouverez cette fête des « Bonnes Gens » évoquée par les chutes de trophées ornant la façade principale du château :

    médailles offertes, rubans pour les porter, instruments de musique, drapeaux, bannières, souvenirs accompagnant la procession de l'église au château.

      

    Sur chacune des façades sont gravés sur le marbre des vers extraits de l'épître de Boileau à Lamoignon.

     

    En face de la cour d'honneur, la grande avenue de plus d'un kilomètre est bordée de tilleuls (autrefois des ormes), puis de marronniers.

     

    04

     

    Le domaine de CANON est une propriété privée, habitée encore à ce jour par les descendants de son créateur.

      

    Celui-ci, Jean-Baptiste Jacques ELIE de BEAUMONT, né à Carentan en 1732, célèbre avocat au Parlement de Paris, Intendant des Finances du Comte d'Artois (le futur roi Charles X), fervent défenseur de la cause des protestants au 18ème siècle, et grand ami de Voltaire, notamment après ses succès dans les fameuses affaires CALAS et SIRVEN, a marqué de son esprit et de sa personnalité

    l'ensemble architectural et paysager que vous allez parcourir.

      

      

      

    Très apprécié dans la région, Jean-Baptiste de Beaumont évitera au domaine de Canon les désordres de la Révolution.

     

    Léonce, son petit-fils, fût célèbre et respecté en tant que premier créateur de le carte géologique de France et donna même son nom à une montagne en Nouvelle-Zélande.

      

     

    coucher_de_soleil

      

       

    Le château de Canon souffrira gravement de la dernière guerre qui verra s’installer au sein même du château, un hôpital allemand en juin 1944, puis les troupes d’une division de chars Panzer que les frondaisons des arbres bicentenaires protégeaient efficacement du repérage des avions alliés.

     

     

    Si les Beaux-Arts reconstruiront parfaitement, dans le cadre des dommages de guerre, la ferme du Nord victime d’une bombe américaine, il n’en sera pas de même pour les autres dépendances qui subirent en outre en 1945 une réquisition pour y loger des réfugiés travaillant à la restauration des voies ferrées de la région.

     

    07

      

      

    Architecture Balustres du Château et statues à la mode italienne, kiosque Chinois, temple, ruines néo-classiques, miroir d'eau, longues avenues droites qui mènent à la cour d'honneur, font du parc "un jardin de transition" où le style français régulier et droit côtoie l'anglais naturel et sinueux. Canon a conservé aussi ses "Chartreuses", cette rare enfilade de treize jardins fleuris et clos de murs. 

      

    Le domaine de CANON est une propriété privée, habitée encore à ce jour par les descendants de son créateur.

      

      

    Celui-ci, Jean Baptiste ELIE DE BEAUMONT, né à CARENTAN en 1732, célèbre avocat au parlement de Paris, Intendant des Finances du comte d'Artois, fervent défenseur de la cause des protestants au 18ème siècle, et grand ami de Voltaire, a marqué de son esprit et de sa personnalité l'ensemble architectural et paysager que vous allez découvrir.

      

    Domaine conservé intact depuis cette seconde moitié

    du 18 ème siècle, sans ajout aucun,

    CANON constitue un rare témoin de ce "Siècle des Lumières", ce qui a motivé son classement intégral au titre des Monuments Historiques, tant pour le bati que pour ses abords, parc, jardins, fabriques, avenues...

     

     

    13 15

     

    14

    21

    22

      

    Jardin Les jardins du château sont classés jardins remarquables, notamment grâce aux treize jardins clos de murs, appelés chartreuses qui servent d'écrin à des centaines de variétés de fleurs et sont ouvert à la visite.

      

    L'intérieur du château ne se visite pas .

     

    http://www.chateaudecanon.com/diversite-botanique.html 

     

     

    1985 : premier prix de sauvegarde de l’association Vieilles maisons françaises. 

    1987 : premier prix de la fondation des parcs et jardins de France. 

    Après la tempête de 1999, le château a reçu une aide de la fondation des parcs et jardins de France.

    mai 2000 : premier prix de la compagnie Art du jardin.

    Aujourd'hui

     

    chateau_Canon_cabane
    65

      

    Le château possède également une cabane dans les arbres qui fait office de maison d'hôte.

     

    Une cave est ouverte permettant la vente de produits de la ferme, fabriqués biologiquement avec les pommes et les poires du château :

    cidre, calvados, halbi, champoiré…

      

    Horaires d'ouverture des jardins 2016

    Du 1er au 17 avril, en mai, juin et septembre :

    Tous les jours sauf le mardi de 14h à 19h

    En juillet et août : 

    Tous les jours de 11h à 13h et de 14h à 19h 

    • Dernière entrée 1 heure avant la fermeture
    • Boutique et salon de thé ouverts aux même horaires!

     

    buste

      

      

    http://www.france5.fr/silence-ca-pousse/silence-ca-pousse-video.php?id_article=1959

     

    source :

    ARTICLE   D.R.

     http://dona-rodrigue.eklablog.net/le-chateau-de-canon-xviiie-siecle-calvados-a4721423

     

    http://calvados.guide-france.info/domaine,de,canon.dans.le.14 

    http://www.calvados-tourisme.com/diffusio/fr/decouvrir/parcs-et-jardins/mezidon-

    canon/parc-et-jardin-du-chateau-de-mezidon-canon-entre-caen-et-lisieu_TFOPCUNOR014FS0009P.php  *

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique